Les gnostiques et les écritures de l’autre non-Nouveau Testament

Voici la traduction par G. B. d’un article publié sur le site Jesusdecoded.com à propos des évangiles apocryphes.

Les textes qui ont été appelés plus tard « évangiles apocryphes » n’étaient pas considérés comme divinement inspirés, tel que le « protoevangelium de Jean ». Un autre est « l’évangile de la Petite Enfance de Thomas ». Ce dernier contient des histoires de miracles supposés avoir été produits par Jesus enfant. Malgré tout, beaucoup de ces histoires sont tellement fantastiques voire même inconvenantes pour Jesus – dans l’une d’elles, un enfant meurt après que l’enfant Jesus l’a réprimandé de lui être entré dedans accidentellement – que cet « évangile » a été rejeté en tant que propos infidèle de la jeune vie de Jesus.

Ces écritures, la plupart réduisant le jour présent en fragments, ont été connus et étudiés dans les premiers temps chrétiens. Entre 1945 et 1947, une bibliothèque de textes similaires chrétiens a été découverte en Egypte et attira l’attention d’érudits. Presque tous ces textes étaient inconnus jusqu’à cette découverte. Plusieurs d’entre eux sont maintenant connus en tant qu’ « évangiles gnostiques ». (Ces écritures ne doivent pas être confondues avec les « manuscrits de la Mer Morte », textes appartenant à la secte juive d’Essenes, qui fut découverte à peu près à la même époque).

Bien que ces « évangiles » semblent avoir des similarités avec l’enseignement chrétien, ils reflètent aussi des croyances du gnosticisme, un mouvement religieux qui dérive du nom « gnosis », un mot grec signifiant « connaissance ». Le point central du gnosticisme était la croyance en une connaissance salvatrice qui n’était pas accessible à tous mais uniquement à une élite intellectuelle et spirituelle. Le gnosticisme était, à l’origine, jugée comme une hérésie chrétienne. Les savants considèrent aujourd’hui qu’il s’agit d’un mouvement religieux propre, ayant un nombre de ressources dans l’environnement religieux agité de l’ancien monde. Plusieurs de ses branches ont absorbé des éléments de la croyance chrétienne qui étaient traités très librement. Comme résultat, les premiers chefs de l’Eglise opposèrent les chrétiens aux gnostiques.

Généralement, les « évangiles gnostiques » contiennent des collections d’énonciations. Ils sont très différents des évangiles du Nouveau Testament car ils n’ont pas ou peu de narration concernant la vie de Jesus ou concernant sa Passion, sa mort, et sa résurrection. Bien que plusieurs de ces énonciations peuvent être similaires à celles trouvées dans le Nouveau Testament et antiques à l’origine, beaucoup de savants s’accordent à dire que ces « évangiles » ont été, dans l’ensemble, écrits significativement plus tard que les évangiles de Matthieu, Marc, Luc et Jean et ont sans doute dérivé de l’un ou de plusieurs d’entre eux. Plusieurs de ces écritures peuvent avoir cherché à s’opposer à l’autorité des écritures du Nouveau Testament. Malgré ces similarités, la manière de voir ces textes ne correspond, ni à une « alternative » ni à des suppléments aux évangiles chrétiens. Ils sont des écritures dans lesquelles des croyances et des personnes ont créé une philosophie religieuse qui, de plusieurs manières importantes, diffère de la chrétienté du Nouveau Testament.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *