Benoît XVI fustige ceux qui «falsifient la parole du Christ»

En pleine tornade sur le Da Vinci Code et sous une pluie battante, le Pape a profité de sa visite en Pologne pour inviter les fidèles à résister « aux tentations du relativisme ».

Au second jour de son voyage en Pologne, le Souverain Pontife a célébré vendredi matin sa première messe sur les terres de son prédécesseur. Une foule de 300.000 fidèles s’est massée, malgré la pluie, sur la place Pilsudski, au centre de Varsovie. Certains attendaient la venue du Saint Père depuis la veille. (…)


Les polonais ont écouté l’homélie du Souverain Pontife, qui a commencé par un hommage à son « bien aimé prédécesseur », et demandé aux fidèles de « rester fidèles à la parole du Christ, même quand elle est exigeante et humainement difficile à comprendre ».

Benoît XVI a fustigé ensuite ceux qui cèdent « à la tentation du relativisme et de l’interprétation subjective et sélective des écritures sacrées». «On cherche à créer l’impression que tout est relatif, et que même les vérités de foi dépendraient de la situation historique et de l’évaluation humaine», a lancé le Pape dans une allusion claire à la polémique créée par le « Da Vinci Code », cet ouvrage récemment adapté au cinéma, et qui remet en question un certain nombre d’éléments fondamentaux du dogme catholique.

« Aujourd’hui, comme dans les siècles passés, des gens ou des groupes voudraient falsifier la parole du Christ et retirer ses vérités à l’Evangile », a déploré Benoît XVI. (…) Selon ces gens, cette vérité est trop incommode pour l’homme moderne », a expliqué le Souverain Pontife aux très nombreux fidèles polonais, dont beaucoup agitaient de petits drapeaux portant sur une face le portrait de Benoît XVI et sur l’autre celui de Jean-Paul II. Le chef de l’Eglise Catholique a enfin prôné un retour à la permanence de la foi chrétienne, transmise « de génération en génération ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *